décembre 4, 2021

Telexvar

Dernières nouvelles et actualités mondiales de Telexvar sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Après la rupture du gouvernement péruvien, Castillo tente de contrôler les raisons de la destitution du président

Le Premier ministre Mirta Vasquez et le président Petro Castillo (Photo: Europa Press)

Le président péruvien Pedro Castillo a soumis mardi au Congrès un projet de loi restreignant les arguments en faveur de la destitution du président. Il ne sera donc approuvé que pour un handicap mental ou physique.

Avec ce projet de loi, l’exécutif péruvien sollicite l’approbation parlementaire des motifs de destitution ou de destitution du Président de la République. Handicap physique Oh Mana Permanent, reconnu un Équipe médicale Et approuvé Les deux tiers de la législature.

En outre, Si l’incapacité physique ou mentale est temporaire, les frais seront supprimés.

Le projet de loi aborde également la question de la confiance., Un plan sur le pouvoir du chef de l’Etat de renforcer la confiance ou l’approbation de son cabinet alors que le législateur lui-même envisage de l’approuver ce mardi.

Le projet de loi énonce l’interprétation par le gouvernement de la politique générale faite par le chef de cabinet dans les 30 jours suivant son entrée en fonction. Cela ne conduira pas à un vote de confiance.

Justement, la confiance dans le cabinet est l’un des sujets les plus discutés dans le pays ces derniers jours Castillo a retiré de son cabinet les départements de la faction la plus radicale du parti Afin de réduire la remise en cause de son gouvernement par le Congrès.

Avec un nouveau directeur général, un ancien législateur Mirta Vasquez, Le président a pris ses distances avec les branches les plus radicales du parti marxiste Pérou libre, Ce qui l’a conduit à la direction du Pérou, Mais il doit gagner la confiance du Parlement dans les jours à venir.

Le leader péruvien Pedro Castillo sur une photo d'archive (photo: EFE / Paulo Aguilar)
Le leader péruvien Pedro Castillo sur une photo d’archive (photo: EFE / Paulo Aguilar)

Le projet de loi, a-t-il dit, stipule que la motion de censure contre les ministres se poursuit uniquement sur les questions relatives à la formation en bureautique. De plus, si tel est le cas, le ministre susmentionné devrait démissionner.

READ  Longues files d'attente pour voter aux élections les plus proches en 31 ans

De même, avant que le Premier ministre ne démissionne pour cause de censure, il l’institue. Tout le cabinet démissionnera avec lui.

De plus, il précise « Il n’est pas question de confiance lorsqu’il s’agit de traiter de questions affectant les pouvoirs exclusifs et exclusifs du Congrès républicain ou d’autres organes constitutionnels autonomes. ».

La proposition législative du gouvernement répond à l’insistance du Congrès pour qu’il approuve l’avis de la Commission constitutionnelle. Cela aidera à évincer le président, Les ministres d’État ont commenté.

Le parlement actuel, majoritaire dans l’opposition, tente d’empêcher Castillo d’encourager l’Assemblée constituante à remplacer la Magna Carta., L’une de ses promesses de campagne, ainsi que la fermeture de la législature, a été faite par l’ancien président Martin Viscar en 2019.

En vertu de la loi en vigueur, Le président du pays pourrait fermer le Congrès s’il refusait de voter deux fois de suite la confiance de son cabinet.

La législatrice du parti Fujairah Fuerza Popular Patricia Juarez l’a confirméAucun amendement constitutionnel implicite n’a été apporté et le Président de la République ou le Président du Conseil des ministres n’a pas été réduit (pouvoirs)”.

Jr a défendu l’argument du Congrès selon lequel les réformes constitutionnelles ne pouvaient pas être ignorées par l’administration On ne peut pas demander la foi dans les réformes constitutionnelles.

La femme du Congrès a ajoutéA cette époque, M. La seule chose qui a été faite était de revenir à l’équilibre perdu par Viswara, désordonné, menaçant, abusif et arrogant.”.

(Avec les informations de l’EFE)

Continuer la lecture: