Articles Coms

Toulon, Cécile Muschotti candidate PS à La Garde : Construire une démocratie départementale proche des citoyens

Toulon, Cécile Muschotti candidate PS à La Garde : Construire une démocratie départementale proche des citoyens

Pour le PS, « les départements doivent rester un des rouages essentiels de la réforme territoriale. L’objectif est de simplifier et de rendre plus efficace l’organisation des territoires ».

cecile muschotti

Comment abordez-vous la campagne ?

Cécile Muschotti : Le Parti Socialiste a décidé de remettre à plat la manière de faire de la politique. Nous avons des candidats qui renouvellent le parti et qui apportent des idées nouvelles.On a créé une plate-forme numérique en ligne qui permet aux habitants de s’exprimer sur les thèmes qui les préoccupent. Ce n’est plus le candidat qui impose ses idées mais les électeurs qui ont la possibilité de construire leur propre programme.

Que ressort-il de cette expérimentation ?

Il existe une réelle demande de transport en commun, tant au niveau de l’agglomération de Toulon que du département. 1 heure 40 pour relier La Garde à Sanary, ce n’est pas acceptable ! Quand on sait que seuls 4% de Varois utilisent les transports en commun, on se dit qu’il y a beaucoup de travail à faire. Il existe un problème sur le maillage du réseau de transport et sur les correspondances entre les différents opérateurs. Il faut créer une unité de transport entre TPM, le Conseil général et le Conseil régional, avec un billet unique par exemple.

Que pensez-vous de l’abstention ?

Pour les élections cantonales, cela a toujours été le cas car elles n’ont jamais suscité d’intérêt, parce que nos élus ne communiquent pas sur leur bilan. A La Garde, le maire est aussi le conseiller général sortant ! Cela suscite des questions sur son action. Ne pas recevoir un bilan de son conseiller général, c’est scandaleux.

cecile muschotti

Que faire ?

Nous proposons la mise en place dans les communes d’un guichet unique avec des personnes capables d’analyser le besoin des gens, pour apporter un premier bilan. Il faut renouveler le lien entre le citoyen et l’élu.

Quel bilan pour le Var ?

Selon la radio, BFM Business, le Var est le 67ème au niveau de l’investissement avec 208 € par habitant et par an par rapport à 405 € dans les Alpes de Haute Provence. Il faut mieux utiliser les atouts du département pour créer des emplois. Le potentiel de la mer n’est pas exploité. Cela permettrait de redévelopper l’emploi sur le bassin littoral.

Quid de la réforme territoriale ?

Avec la réforme territoriale, il s’agit de désenclaver le mille-feuille. La seule chose qu’il faut retenir, c’est une simplification des démarches pour nos concitoyens. Peu importe comment elle sera mise en place ! Peu importe de savoir comment seront réparties les compétences, il faut mutualiser les moyens, créer de la cohésion entre les différentes institutions. Ainsi, le Conseil général a la compétence de l’insertion et le Conseil régional celle de la formation. Tout serait regroupé au même endroit.

Quel bilan pour le canton de La Garde ?

C’est un peu dramatique pour cette ville en matière de développement économique. Le Var a raté le coche du développement alors qu’il compte des atouts fabuleux. Mais que font les jeunes ? Ils s’en vont à Marseille, à Aix. Il est temps de prendre en main le développement de notre canton comme on pourrait le faire avec l’université en créant un véritable campus et une vraie vie étudiante. S’il y avait un endroit vraiment attractif, les étudiants viendraient s’y retrouver.Mais pour cela, il faut une gestion dynamique et une vraie volonté politique.

Gilles Carvoyeur

= = = =

Ecrit par

Catégories : Interview, politique