Le directeur de l'AFP expulsé par les autorités algériennes !

Adjust Comment Print

Le journaliste Aymeric Vincenot, 45 ans, a été expulsé ce mardi par la police algérienne.

Selon un compte-rendu de l'agence française, la décision de non-renouvellement de l'accréditation du directeur de son bureau à Alger, qui expirait le 28 février dernier, avait été prise à l'époque du président Bouteflika, ce qui signifie que ce dernier était déjà dans le collimateur avant les événements qui secouent l'Algérie. Elles ont simplement fait état oralement, lors de la visite à Alger en mars d'un responsable de l'Agence, de divers griefs, portant notamment sur la couverture de l'actualité algérienne et de l'état de santé de d'Abdelaziz Bouteflika par le chef du bureau de l'AFP, sans toutefois apporter la moindre preuve d'une faute de sa part.

La France a réagi, ce mercredi 10 avril 2019, à l'expulsion hier, du directeur de l'AFP à Alger, par les autorités algériennes qui ont refusées de renouveler son accréditation pour l'année en cours.

"Le PDG de l'AFP, Fabrice Fries, a déclaré mardi que cette expulsion était " inacceptable " et annoncé qu'il n'était " pas question, dans ces conditions, de nommer dans l'immédiat un nouveau directeur à Alger ".

La police appelle à ne pas "intervenir" contre les manifestants — Soudan
Béchir a tenté de réprimer la contestation par la force avant d'instaurer le 22 février l'état d'urgence à l'échelle nationale. Peu à peu, le mouvement a tourné à la contestation politique contre le président Béchir, au pouvoir depuis 1989.

"Nous regrettons cette décision et rappelons notre attachement à la liberté de la presse et à la protection des journalistes, partout dans le monde", peut-on lire dans le point de presse électronique du Quai d'Orsay.

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), a déploré sur Twitter "plus qu'un signe extrêmement négatif, (.) l'indice d'une volonté de dissimulation: pourquoi violer la liberté de la presse dans une telle période politique?"

"Dans le communiqué de l'AFP, Fabrice Fries a d'ailleurs tenu à exprimer " la solidarité " de l'Agence " envers les journalistes algériens, qui font courageusement leur métier dans des conditions particulièrement difficiles ". Présente dans 151 pays, l'AFP dispose d'un bureau en Algérie depuis 1962.

Comments