La droite européenne sanctionnera Orban

Adjust Comment Print

Le Parti Populaire européen (PPE), qui réunit les formations de droite de l'UE, dont LR, doit décider mercredi d'une suspension temporaire ou d'une exclusion définitive du parti de Viktor Orbán, le Fidesz, notamment en raison des dérapages populistes contre l'immigration ou Bruxelles de la part du Premier ministre hongrois d'extrême droite.

"Le Fidesz est suspendu avec effet immédiat et jusqu'à nouvel ordre, selon le vote de ce jour des membres du PPE (190 pour, 3 contre) ", a tweeté le président du PPE, Joseph Daul.

Avant la réunion, le gouvernement hongrois avait averti qu'en cas de suspension, le Fidesz "quitterait immédiatement le PPE", selon un communiqué.

"Sa place est hors du PPE", avait affirmé M. Juncker, membre de ce parti mais qui ne participait pas à cette réunion, affirmant que "depuis des années", le Fidesz "s'éloignait des valeurs démocrates-chrétiennes". Selon plusieurs sources, il plaiderait pour une suspension de "plusieurs mois" assortie de conditions pour une éventuelle réintégration.

DE Robert Quinn visiting Cowboys Tuesday despite not being a FA yet
With 6.5 sacks and 37 total pressures produced previous year , Quinn would offer a serious upgrade to whichever team lands him. According to multiple reports, Dallas is engaged in trade discussions with the Miami Dolphins regarding Robert Quinn.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré mercredi à la radio Deutschlandfunk avoir conseillé au groupe du PPE d'exclure le Fidesz. S'ils n'ont pas été purement et simplement expulsés du PPE, leur groupe politique d'adoption au Parlement européen, ils en ont été écartés pour une durée illimitée au nom des " valeurs du parti ". Mais, en lançant une campagne d'affichage le 19 février contre Jean-Claude Juncker, le Premier ministre national-conservateur hongrois a dépassé les bornes pour ses détracteurs.

Furieux, treize partis membres du PPE originaires de dix pays différents, réunis autour d'un noyau dur constitué par les pays du Benelux et de la Scandinavie, ont réclamé début mars "l'exclusion ou la suspension" du Fidesz. Le Bavarois a posé trois conditions pour le maintien du dialogue: l'arrêt de la campagne anti-Bruxelles, des excuses auprès des autres partis membres du PPE et le maintien à Budapest de l'Université d'Europe centrale (CEU) fondée en 1991 par Georges Soros.

"Je n'assume pas la politique d'ouverture des frontières telle que Mme Merkel l'a imposée à toute l'Europe - et qui a créé ensuite beaucoup de dégâts démocratiques, de façon claire et nette -, pas plus que je n'assume la démocratie +illibérale+ de M. Orbán", a expliqué M. Retailleau sur France Inter.

La tête de liste LR aux Européennes, François-Xavier Bellamy, avait également considéré il y a quinze jours que Viktor Orbán, faisait "partie du PPE", tout en regrettant sa "stratégie de la tension". Il avait présenté ses excuses au PPE, même si elles avaient été jugées insuffisantes. Cet établissement de droit américain, s'estimant chassé par le Premier ministre, va déménager l'essentiel de ses activités à Vienne.

Comments