Un patient atteint par le VIH officiellement guéri

Adjust Comment Print

"Le patient de Berlin" est le premier, et jusqu'à aujourd'hui, le seul à être considéré comme guéri. D'autres patients traités pour des cancers du sang par greffes de cellules souches et de moelle osseuse n'ont pas guéri du VIH dont ils étaient également infectés.

Actuellement, des millions de personnes infectées par le VIH à travers le monde contrôlent cette maladie à l'aide d'une thérapie antirétrovirale (ARV), mais ce traitement ne débarrasse pas les patients du virus.

C'est en 2016 que le patient de Londres va subir une transplantation de cellules souches d'un donneur porteur de la mutation génétique CCR5 qui n'est présente que chez 1% de la population mondiale.

"Cette annonce survient presque douze ans [jour pour jour] après la première guérison d'un patient, un exploit que les chercheurs ont longtemps cherché à reproduire, sans succès", rappelle le New York Times.

"En parvenant à une rémission sur un deuxième patient tout en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le "patient de Berlin" n'était pas une anomalie", explique Ravindra Gupta, professeur à l'Université de Cambridge. Après le transplant de moelle osseuse, il a suivi l'ARV pendant seize mois, puis le traitement a été interrompu.

Le pilote aurait abandonné sa formation professionnelle — Décès d'Emiliano Sala
Détenteur d'une licence privée, l'homme de 59 ans n'avait pas les autorisations nécessaires pour réaliser des vols commerciaux. Il était donc autorisé à transporter des passagers avec lesquels il pouvait partager les frais mais pas contre rémunération.

C'est une excellente nouvelle qui va donner de l'espoir aux près de 37 millions de personnes atteintes du VIH dans le monde. Chaque année, plus d'un million de personnes meurent d'infections liées au SIDA.

Une nouvelle forme de VIH résistante aux médicaments représente une préoccupation grandissante. Un an plus tard, l'équipe a constaté avec surprise que, malgré cet arrêt, le virus du sida n'était plus détectable dans son sang, bien que toujours présent dans ses cellules. Mais cette mutation du gène du CCR5 empêche le virus de pénétrer dans les cellules hôtes, ce qui rend les porteurs de cette mutation résistants au virus du sida. Dans les entretiens, la plupart des scientifiques utilisent le mot "remède " pour parler de la méthode de guérison, tout en reconnaissant qu'il n'est pas parfaitement adapté pour une méthode extrêmement complexe n'ayant fonctionné que sur deux personnes.

"Le CCR5 est un élément essentiel pour que le virus accomplisse son cycle de vie", a déclaré le Pr Gupta, selon qui ce gène "peut être éliminé sans conséquences graves" pour le patient.

C'est le remplacement des cellules immunes par celles qui n'ont pas le récepteur CCR5 qui apparaît être la clé pour prévenir la réapparition du VIH, après le traitement. Comme le souligne Ravindra Gupta, la transplantation de moelle osseuse est en outre une procédure dangereuse et douloureuse, mortelle dans certains cas.

Des tests réguliers ont confirmé que sa charge virale était indétectable depuis. Il a reçu une seule transplantation et une chimiothérapie moins agressive que le "patient de Berlin " qui avait subi deux transplantations et une irradiation du corps.

Comments