Carlos Ghosn n'est plus résident fiscal en France depuis 2012 (presse)

Adjust Comment Print

Avec Ghosn, on accuse également l'Américain et ancien directeur de Nissan Greg Kelly, arrêté le 19 novembre et libéré sous caution par le juge le 25 décembre pour une opération chirurgicale en cours. Cela fait désormais sept ans que l'industriel a décidé de s'installer fiscalement aux Pays-Bas, où est domicilié le siège de l'alliance entre Renault et Nissan depuis 2002. L'audience n'a pas été filmée, les caméras et appareils photos étant interdits lors de la séance.Selon l'AFP, Carlos Ghosn était vêtu d'un costume sombre, porté sans cravate et chaussé de sandales vertes en plastique au pied, l'agence ajoutant qu'il est apparu "nettement amaigri, les joues creuses, menotté avec une corde" avant le début de l'audience. Citant une source proche du dossier, la radio indique que l'adresse aurait surtout servi de résidence fiscale à Carlos Ghosn, ce dernier souhaitant quitter la France à l'arrivée au pouvoir de François Hollande.

Face aux accusations de minoration de sa rémunération, considérées par le parquet nippon comme une violation du Fiel (Financial Instruments and Exchange Act), Carlos Ghosn a assuré que certains montants ne correspondaient pas à des sommes effectivement versées par le constructeur, mais étaient "d'ordre hypothétique", s'assimilant à une prime de non-concurrence pour rester chez Nissan.

Selon les avocats de Carlos Ghosn en revanche, plus aucun motif raisonnable ne justifie encore la détention de leur client le temps que l'enquête japonaise se termine.

La manœuvre spectaculaire d'un hélicoptère lors d'un sauvetage — Haute-Savoie
La vidéo de l'opération, diffusée par l'un des hommes secourus, a été visionnée plus de 400.000 fois sur les réseaux sociaux. Mais difficile d'atterrir dans cette zone, surtout en plein hiver.

Rappelons que l'État français est actionnaire à 15 % de Renault. Depuis 2012, Carlos Ghosn échapperait à l'impôt sur la fortune, qui n'existe pas dans le système fiscal néerlandais. Mercredi 9 janvier, dans un communiqué, l'organisation annonce son intention de saisir la justice pour réclamer "la transparence dans l'affaire Ghosn". Elle y dénonce la " chape de plomb " tombée sur le service communication du constructeur automobile ainsi qu'un conseil d'administration qui s'enlise.

Les avocats du PDG de Renault Carlos Ghosn ont déposé ce vendredi une demande spéciale pour une comparution de leur client, afin d'obliger le procureur à clarifier publiquement le motif de sa détention prolongée au Japon.

Les médias japonais ont fait part d'une légère dégradation de la santé du dirigeant. La raison pour laquelle Carlos Ghosn est désormais encore retenu ne le concerne pas. "Il n'est pas en mesure d'être interrogé [par les procureurs] et de rencontrer ses avocats", a écrit le quotidien économique Nikkei.

Comments