Premier alunissage sur la face cachée de la Lune!

Adjust Comment Print

Le cratère en question (Von Kármán) a probablement été formé par un astéroïde géant, qui aurait pu amener des matériaux du manteau supérieur de la Lune jusqu'à la surface. La formule ne restera pas autant dans les mémoires que le fameux "Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité" de Neil Armstrong.

La Chine a fait franchir un pas important à l'exploration spatiale en réussissant à poser jeudi [3 janvier] un module sur la face cachée de la Lune pour la première fois de l'histoire, a annoncé l'Agence spatiale chinoise.

"On est en train de faire (de la Chine) une puissance spatiale".

La Chine peut fanfaronner tant les chances réelles de cet alunissage étaient inconnues, comme en témoigne le peu d'informations qui avaient filtré avant l'opération annoncée comme délicate par les autorités chinoises. Elle est ainsi devenue le premier engin terrestre à se poser sur la face cachée de la Lune.

Contrairement à la face de la Lune la plus proche de la Terre, qui est toujours tournée vers notre planète, aucune sonde ni aucun module d'exploration n'avait encore touché le sol de l'autre côté.

Mais le premier pays à s'y poser en 2019 sera la Chine. Depuis Pékin a accroché le wagon de la course aux étoiles et, désormais, le président Xi Jinping n'hésite pas à parler de "rêve spatial", en adéquation avec son "rêve chinois", censé redorer le blason de la nation.

Staffers at detention facility caught on video abusing migrant children
He added the videos show staffers "pushing, shoving and even dragging these small undocumented migrants". The Arizona Republic received videos showing abusive behavior towards migrant children in their custody.

Les Chinois relancent-ils la compétition de l'espace? La Chine qui investit des milliard dans le domaine spatial a cependant bien d'autres projets sur le feu.

Après quelques ajustements entre 6 et 8 km d'altitude, la sonde a poursuivi sa descente, jusqu'à se positionner en vol stationnaire à 100 m d'altitude, afin d'identifier les obstacles potentiels et sélectionner une aire d'atterrissage relativement plane.

Les ambitions spatiales de la Chine, notamment en direction de la Lune, ne sont un secret pour personne.

La Suède, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Arabie saoudite ont fourni des instruments qui mesureront le rayonnement et utiliseront la radioastronomie à basse fréquence pour écouter les faibles signaux persistants dans le cosmos depuis, entre autres, la formation des premières étoiles de l'univers. Il devrait voir le jour d'ici l'an prochain. L'atterrisseur comporte également une minuscule biosphère mise au point par des universités chinoises, dans le but d'étudier l'interaction en faible gravité d'un certain nombre de plantes et de vers à soie. En mai dernier, la start-up OneSpace, sorte de SpaceX chinois, envoyait sa première fusée dans l'espace. La Chine, à elle seule, en représenterait le tiers.

Il s'agit d'un "nouveau chapitre dans l'exploration lunaire humaine", a-t-elle ajouté. Et sa station spatiale baptisé "Palais céleste" pourrait être opérationnelle vers 2022. L'ISS associe États-Unis, Russie, Europe, Japon et Canada, mais sa retraite est programmée pour 2024. Comme ses prédécesseurs -Chang'e-1 lancé en 2007, Chang'e-2 en 2010 et Chang'e-3 en 2013 - elle est nommée d'après une déesse de la Lune de la mythologie chinoise.

Comments