Brésil : Jair Bolsonaro prend le pouvoir officiellement

Adjust Comment Print

" Jair Bolsonaro a été appelé par Dieu et choisi par le peuple brésilien, qui vivait dans la peur", a affirmé Onyx Lorenzoni, ministre de la Maison Civile - à mi-chemin entre premier ministre et chef de cabinet - au début des cérémonies protocolaires à Brasilia.

Jair Bolsonaro, dont la carrière politique se limite à 27 ans de députation sans autre relief que ses outrances verbales, n'a pas fait mystère de sa volonté de renverser la table pour extirper le Brésil de ses crises multiples.

Le nouveau ministre de la Justice du Brésil, Sergio Moro, ancien juge emblématique de la lutte contre la corruption, a promis lors de sa prise de fonctions de lutter de façon encore plus efficace contre ce fléau.

Les deux dirigeants se sont rencontrés dans un fort militaire à la vue imprenable sur la célèbre plage de Copacabana, donnant ainsi le coup d'envoi de la première visite officielle d'un chef de gouvernement israélien au Brésil.

"Même son de cloche chez l'éditorialiste du quotidien économique Valor, Cristian Klein, pour qui " il aurait été difficile " que les déclarations de Bolsonaro sur l'économie " soient plus vagues ". Des paroles applaudies par son homologue américain, Donald Trump. Selon lui, le nouveau Président brésilien a accepté son invitation d'effectuer une visite en Israël qui pourrait avoir lieu en mars prochain.

Accueilli par une haie d'honneur de militaires et d'autorités locales à sa descente de l'avion, il doit rester cinq jours au Brésil et assister le 1er janvier à l'investiture en grande pompe du président élu d'extrême droite à Brasilia. "Il explique qu'il " peut y avoir un transfert de technologie et une grande coopération dans le domaine de la sécurité, mais c'est surtout au niveau multilatéral, dans les institutions internationales " que les bénéfices d'avoir le Brésil comme allié sont les plus importants pour Israël".

Netflix's Bird Box Reaches 45 Million Views in First Week
If you've seen it, you're aware of the multitudes that brief statement contains. But not so that would become the essence of it.

Mais Jair Bolsonaro " a parlé mardi à sa base, à ses électeurs", seulement, sans mentionner les réformes économiques - notamment l'épineuse refonte des retraites - réclamées par les marchés qui lui ont apporté leur soutien, dit à l'AFP Thiago Vidal, analyste chez les consultants Prospectiva.

Il faisait référence au fait que le Brésil observait depuis des décennies une politique de neutralité dans le conflit israélo-palestinien.

L'Etat hébreu considère toute la ville de Jérusalem comme sa capitale, alors que les Palestiniens aspirent à faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat.

M. Bolsonaro avait précédemment annoncé son intention de transférer l'ambassade du Brésil de Tel Aviv à Jérusalem, comme l'avaient fait les Etats-Unis, mais n'a pas mentionné cette décision controversée lors de la conférence de presse. Souvent surnommé le "Trump tropical", il cite fréquemment le président américain, qu'il admire et qui lui a fait l'honneur mardi de le féliciter via Twitter pour "son super discours d'investiture".

Mais l'annonce la semaine dernière du retrait des 2.000 soldats américains déployés en Syrie est loin d'avoir recueilli les mêmes louanges. Le Premier ministre israélien s'entretiendra également avec les présidents du Chili et du Honduras.

Comments