Une immigrée clandestine fait le ménage pour Trump

Adjust Comment Print

Avec une autre femme, Sandra Diaz, sans-papiers à l'époque où elle travaillait à Bedminster (New Jersey) dans le même groupe qu'elle, Victorina Morales affirme que plusieurs autres employés du golf se trouvaient aux Etats-Unis en situation irrégulière.

Selon elle, elle a toutefois été recrutée en connaissance de cause puisque sa supérieure a été mise au courant que les papiers dont elle disposait étaient faux.

Payée 13 dollars de l'heure, cette femme a déjà fait à plusieurs reprises le ménage dans la villa que possède le président américain dans la résidence. D'origine guatémaltèque, Victorina Morales, a sollicité elle-même le New-York Times et a témoigné à visage découvert dans un article publié ce jeudi.

Pourtant, durant sa campagne présidentielle de 2016, Donald Trump avait assuré de "ne pas avoir un seul travailleur clandestin" dans ses entreprises. Son témoignage, recueilli par le New York Times, contredit les propos très durs envers les migrants, en particulier ceux venus d'Amérique latine, tenus régulièrement par le magnat de l'immobilier.

Crackdown on Italian mob prompts dozens of arrests in Europe
Members of the notorious 'Ndrangheta Italian mafia have been targeted in a simultaneous police sting in Europe. The crackdown was coordinated by Eurojust, a European unit established to fight cross-border organized crime.

" Nous sommes fatigués des abus, des insultes, de la manière dont il parle de nous alors qu'il sait que nous l'aidons à gagner de l'argent ", a déclaré Victorina Morales au New York Times".

En raison du soutien exceptionnel qu'elle a fourni lors des visites de M. Trump, Mme Morales a reçu en juillet un certificat de l'Agence de la communication de la Maison-Blanche portant son nom. La femme de ménage explique avoir été traitée par le président américain de manière respectable. "Nous nous mettons en quatre pour satisfaire tous ses besoins et nous devons supporter qu'il nous humilie", assène-t-elle. Elle le décrit comme exigeant mais poli et susceptible de donner de généreux pourboires.

De son côté, la Trump Organization dément, auprès de l'AFP, avoir sciemment embauché des travailleurs sans-papiers, et prévient que "les employés ayant produit de faux documents seront immédiatement licenciés". En faisant cette déclaration, Victorina se doutait qu'elle perdrait son emploi, elle voulait cependant faire entendre sa voix et celle de toute une communauté.

Comments