Vidéo d'un homme roué de coups par des policiers: enquête ouverte

Adjust Comment Print

La scène, filmée, a été abondamment relayée sur les réseaux sociaux, totalisant en fin de journée lundi près de 5,5 millions de vues sur Twitter et Facebook pour les six versions les plus vues. On y voit un homme, à terre, se faire rouer de coups par les forces de l'ordre après la manifestation des "gilets jaunes", à Paris. L'enquête pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique" a été confiée à la "police des polices", l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

Filmées depuis un appartement situé rue de Berri, dans le 8e arrondissement de la capitale, les images dévoilent un jeune homme mis au sol et roué des coups par des CRS.

Yassine Bouzrou, l'avocat d'un jeune homme actuellement hospitalisé après son interpellation, a annoncé qu'il déposerait une plainte mardi. Elle se serait déroulée rue de Berri, non loin des Champs-Élysées, théâtre samedi d'une série de violences et de dégradations dans le sillage des "gilets jaunes".

Les vidéos sont en cours d'analyse et les enquêtes seraient ensuite dirigées en fonction des circonstances.

Les Etats membres du G20 notent "les problèmes commerciaux actuels"
Une volonté de réconciliation que les deux hommes affichaient déjà avant le début du repas. Ils se sont engagés à trouver un accord d'ici à 90 jours.

Si la vidéo montre indéniablement un passage à tabac sur un homme à terre qui ne peut pas se défendre, il est impossible en l'état de savoir quels sont les éléments qui précèdent cette arrestation violente, et si Mehdi K. était bien un simple passant, comme il l'affirme, ou un casseur.

Aujourd'hui, Mehdi K. "présente notamment de graves blessures au niveau de l'oeil gauche" et "les médecins ont affirmé (...) qu'il n'était pas exclu qu'il perde l'usage de son oeil".

La plainte contre X vise des faits de "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente aggravées par les circonstances que les faits ont été commis avec usage ou menace d'une arme par des personnes dépositaires de l'autorité publique". Opéré une première fois, il doit subir une nouvelle intervention prochainement, selon son avocat. Un second film révélé par CheckNews et tourné dans la continuité du premier, pose question. Sur les images, le jeune Mehdi ne se reconnaît pas. Deux affaires différentes pourraient donc s'être télescopées.

Comments