Des accrochages à Paris — "Gilets jaunes"

Adjust Comment Print

Ainsi, le mouvement des "gilets jaunes", qui protestent notamment contre la hausse des taxes et la baisse du pouvoir d'achat, ne faiblit pas au contraire, comme le fait accroire le discours officiel. Quant à l'extérieur, il a été couvert d'inscriptions hostiles, telles que "Gilets Jaunes triompheront" ou "Démission Macron".

De nombreux rassemblements sont attendus en peu partout en France, notamment à Paris où la vigilance des autorités est particulièrement de mise. Un rendez-vous qui avait déjà lieu la semaine dernière sur ces mêmes Champs-Élysées. Les incendies se multiplient face à des forces de l'ordre qui essaient de contenir les débordements et d'escorter les pompiers qui tentent d'éteindre les feux.

Le bilan officiel était de 92 blessés, dont 14 au sein des forces de l'ordre.

Pour investir les Champs-Elysées ce 1er décembre 2018, les gilets jaunes ont dû être fouillés par la police. Outre des magasins détruits, d'autres évacués, des immeubles et des voitures en feu, l'un des symboles de la République a été saccagé: la statue de Marianne figurant sur l'une des façades de l'Arc de Triomphe.

Karine Ferri s'exprime sur les photos dénudées
En tant que mère de famille, je n'aimerais pas me retrouver avec mes enfants devant. " C'est violent , sorti du contexte". J'ai fait ces photos il y a dix-huit ans, à l'âge de 18 ans: un âge où l'on est naïf et où l'on fait confiance.

Vers 17h30: Marine Le Pen, la patronne du Rassemblement national (RN) demande à être reçue par le président Macron.

Des dégradations "importantes" ont été commises samedi à Charleville-Mézières (Ardennes) en marge d'une manifestation des "gilets jaunes", au cours de laquelle quatre policiers et deux manifestants ont été blessés, a-t-on appris de source préfectorale. A la mi-journée, près de 40 000 personnes étaient mobilisés sur l'ensemble de la France. Des scènes de chaos et de casse se déroulent dans plusieurs endroits de la capitale. La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282 000 personnes, et la deuxième 106 000, dont 8 000 à Paris. Sous l'arc de Triomphe, on entend La Marseillaise et on lit: "les gilets jaunes triompheront".

Vers 12h30: Le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur évoque des "individus extrêmement violents". Les forces de l'ordre ont alors répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. A Paris, ils sont 5 500 selon les chiffres du Premier ministre, Edouard Philippe. Le dispositif policier pourrait mobiliser environ 5000 hommes des forces mobiles dans la capitale, où sont prévus d'autres manifestations. Une quarantaine de personnes ont déjà été interpellées. Dans l'Hérault, l'autoroute A9 a été coupée entre Béziers et Sète après l'envahissement des voies dans la matinée et quelque 500 "gilets jaunes" ont défilé dans le centre-ville de Montpellier. Les Champs-Elysées restent accessibles au public. Vers 10h20, 24 personnes avaient été interpellées, dont deux au moins pour port d'arme prohibé, selon la préfecture de police. Aux Champs-Elysées que les manifestants, sans autorisation préfectorale, ont investis, les forces de l'ordre ont chargé et gazé aux lacrymogènes sans ménagement et ce, dès le matin. Les manifestants, pour certains encagoulés et masqués, se sont alors rabattus sur les avenues adjacentes. Sur l'une d'elles, avenue Mac-Mahon, des poubelles ont été renversées et incendiées.

Comments