Un nouveau rebondissement — Sextape de Valbuena

Adjust Comment Print

La cour d'appel de Paris a validé, jeudi 8 novembre, l'enquête dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena dans laquelle Karim Benzema et cinq autres personnes sont mises en examen, ouvrant ainsi la porte à un éventuel procès. Une vidéo détenue par les cerveaux présumés du chantage, Axel Angot et Mustapha Zouaoui, deux hommes gravitant dans le milieu du football professionnel. "La procédure se poursuit, et je m'en réjouis pour M. Valbuena qui souhaite que la vérité judiciaire soit faite publiquement dans ce dossier", a-t-il déclaré.

En juillet 2017, la Cour de cassation avait donné raison à la défense et annulé tout un pan de la procédure, affaiblissant l'enquête ouverte en 2015. Présent ce jeudi matin au tribunal, Sylvain Cormier, l'un des avocats de Karim Benzema, a déjà annoncé que son client allait se pourvoir en cassation.

Ce scandale a coûté sa carrière en équipe de France à son client, qui se dit totalement innocent, mais qui n'a plus jamais été appelé en Bleu depuis sa mise en examen en novembre 2015.

Ce policier, "Lukas", agissant sous couverture, a joué pendant plusieurs semaines les intermédiaires entre Mathieu Valbuena et les maîtres chanteurs présumés.

Elections aux USA : Donald Trump conserve la majorité au Sénat mais…
Du côté du Sénat, pas de surprise, le parti de la majorité conserve son avantage avec 51 sièges sur 100 pour les républicains. Le scrutin est perçu comme un référendum pour ou contre l'actuel résident de la Maison Blanche deux ans après son élection.

Younes Houass n'a été, selon son avocat Samim Bolaky, "que la courroie de distribution (.) Mais il n'a jamais vu la vidéo".

Ce dernier qui s'était fait passer pour l'homme de confiance de Valbuena aurait incité certains de ses interlocuteurs à commettre une infraction.

Le 4 octobre, il avait invoqué la théorie des "dominos": "si vous enlevez le début d'une enquête, si ses actes initiaux sont entachés d'irrégularités, eh bien l'ensemble doit tomber". "(.) C'est caricature de manœuvres déloyales (.) Il était évident qu'il y avait des manipulations policières dans cette affaire et c'est dans ces conditions que toute la procédure a été viciée ". Et "aucune contrepartie financière, aucune menace, qui sont les éléments constitutifs de l'infraction de chantage, n'étaient évoqués avant l'intervention du policier", avait-il rappelé en octobre. Une plainte parvenue au parquet de Nanterre ce mardi. La Cour d'appel de Paris a rejeté l'arrêt de la Cour de Cassation ayant pour but de faire invalider une partie de l'enquête. "Le dossier va être en suspens pendant plus d'un an", a-t-il estimé.

Comments