Deux hommes pour un poste, l'Assemblée nationale en crise — Algérie

Adjust Comment Print

La séance de vote s'est déroulée "à main levée", comme stipulé par les textes réglementaires régissant l'Assemblée, et M. Mouad Bouchareb a été élu "à la majorité" nouveau président de l'APN. Il y avait cependant, parmi les votants, un député qui a préféré l'abstention.

Ce n'est pas le seul point qui fragilise la démarche des députés frondeurs.

Il a appelé le Président de la République, "Abdelaziz Bouteflika à intervenir, pour dissoudre le Parlement et arrêter cette mascarade que l'Algérie vit pour la première fois depuis l'indépendance". Il a par ailleurs dénoncé une atteinte à l'Etat de droit, à la séparation des pouvoirs et au respect des institutions. La boucle est ainsi bouclée, puisque une majorité confortable est acquise aux frondeurs, et que les accès de l'APN ont été refusés à son président par une partie des députés. Lui-même membre du FLN, M. Bouhadja, âgé de 80 ans, a martelé, ce mercredi 24 octobre 2018, qu'il reste et demeure le président légal et légitime de l'APN.

Bien entendu, il est question avant tout de "faire prévaloir l'intérêt de la patrie au-dessus de toute autre considération".

Philippe Gildas en quelques dates
Encore sous les drapeaux, il doit choisir dans l'urgence un pseudonyme un soir où il prend l'antenne pour boucher un trou. En 1969, il suit à l'ORTF Pierre Desgraupes pour monter la rédaction de la première chaîne.

" Un nouveau départ pour l'APN".

Le FLN a annoncé mardi avoir désigné le chef de son groupe parlementaire, M. Bouchareb, comme candidat au perchoir. M. Bouchareb a aussi rendu un vibrant hommage à l'Armée nationale populaire (ANP) pour son rôle dans la protection de l'Algérie. Ainsi, c'est à la majorité également que ce rapport avait été adopté à la majorité des députés. Sur l'ensemble des 321 députés qui ont voté lors de cette séance, 320 ont voté oui (33 par procuration), alors qu'un député s'est abstenu.

Il est député et président de Groupe parlementaire du FLN, ancien parti unique.

La démarche, dont la légalité est sujette à caution selon les députés de l'opposition et des constitutionnalistes, aura bénéficié du soutien des secrétaires généraux des partis de l'Alliance présidentielle, réunis hier dans le bureau du Premier ministre Ahmed Ouyahia où ils ont évoqué le sujet et donné leur accord pour le Projet de loi de finances 2019.

Comments