Manuel Valls, son "au revoir chaleureux" aux Français

Adjust Comment Print

Manuel Valls a abandonné l'ensemble de ses mandats français, comme député de l'Essonne mais aussi à la mairie d'Évry, pour briguer la mairie de Barcelone en mai prochain.

A la fin de son discours, des députés LREM lui avaient réservé une standing-ovation pour lui rendre hommage.

Manuel Valls a adressé dimanche soir "un au revoir chaleureux, tendre" aux Français, défendant sur France 2 le "changement de vie" qui conduit l'ancien Premier ministre à quitter la France pour tenter de se faire élire maire de Barcelone. Du perchoir, son ancien collègue socialiste a salué "son parcours républicain", voyant dans son défi catalan non pas "une rupture" mais le prolongement de "ses engagements républicains" et un "sens des responsabilités [qui] s'exporte".

Pour un député qui n'avait jamais trouvé sa place au sein de La République En Marche, la majorité vient de lui offrir un bien joli cadeau de départ. Feuille blanche retournée sur leur pupitre, ils dégainent chacun leur message "bon débarras", en grosses lettres noires. "De cela, je veux le dire, la France vous sera toujours reconnaissante ", a affirmé le Premier ministre, avant de saluer le " choix osé et courageux " de Manuel Valls de se présenter à la mairie de Barcelone en 2019, et en lui souhaitant le " meilleur ".

Messi: Barcelona have to improve defensively
Luis Suarez said after the 1-1 draw: 'Messi is the best in the world but we can not depend on him coming on to provide a solution. Visitors Athletic led through Oscar de Marcos' first-time finish at the back post from Markel Susaeta's cross.

"Ce qui prédomine, c'est un immense amour vis-à-vis de la France qui m'a tant donné (...), une reconnaissance à l'égard des Français", a martelé Manuel Valls qui a indiqué avoir reçu le soutien d'Emmanuel Macron qu'il a averti en juillet dernier.

Philippe à Valls: "La pire des choses lorsqu'on a eu l'honneur de diriger un gouvernement, c'est de susciter l'indifférence".

Un épisode rappelé à l'Assemblée nationale par le Premier ministre, Edouard Philippe.

Comments