Plan santé: "des assistants médicaux autant que de besoin", promet Emmanuel Macron

Adjust Comment Print

Le projet, porté par la ministre de la Santé, a pour but d'améliorer la qualité des soins dans les établissements de santé. "Nous devons restructurer notre organisation pour les 50 années à venir", a-t-il déclaré depuis l'Elysée devant des professionnels de santé.

Le plan prévoit un investissement de 3,4 milliards d'euros d'ici 2022.

Depuis 1971, le "numerus clausus" fixe chaque année le nombre de places disponibles en seconde année d'études de médecine - un système de quotas qualifié de "gâchis" par la ministre de la Santé Agnès Buzyn et d'"inefficace et injuste" par Emmanuel Macron pendant la campagne.

Beaucoup d'étudiants français recalés se tournent en effet vers la Roumanie, la Croatie ou l'Espagne (entre autres), où le numerus clausus n'existe pas, pour boucler plus facilement et sereinement leurs années de médecine (surtout la première) avant de rentrer en France et passer les Epreuves classantes nationales (ECN) permettant d'accéder au troisième cycle.

Emmanuel Macron a indiqué que "le système de santé ne souffre pas d'un sous-financement mais d'un problème d'organisation".

"En cumulé d'ici la fin du quinquennat, cela équivaut à 1,6 milliard d'euros " garantis " pour " accompagner la réforme", selon une source proche du dossier. La suppression du numerus clausus se fera sans " renoncement à l'excellence", a précisé le locataire de l'Élysée.

Trump Orders Declassification Of Key Russia Docs, Text Messages
The president took note of the congressman's TV hit, tweeting "Really bad things were happening, but they are now being exposed. Some of the documents and text messages ordered for declassification have been previously released with redactions.

L'annonce la plus marquante est peut-être la création de 4.000 postes d'assistants médicaux. Ces assistantes seraient employées par des cabinets médicaux de groupe et permettraient aux médecins d'accepter de nouveaux patients et d'assurer des consultations sans rendez-vous en journée. L'objectif est d'ouvrir ces métiers à des personnes qui jusqu'ici renonçaient ou se faisaient éliminer de ce cursus très sélectif. Le Figaro rapportait, il y a quelques semaines, les propos du doyen de la faculté de médecine de Sorbonne Université, Bruno Riou, qui affirme qu'il faut " refréner la demande " chez les étudiants en médecine. La lutte contre les déserts médicaux arrive en tête des priorités.

Le président de la République a également dévoilé que des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) seront instaurées à l'avenir.

Dans la même veine, 400 postes de médecins salariés seront créés dans les déserts médicaux "pour permettre aux patients d'accéder à une consultation généraliste". Elle devrait être remplacée par des "parcours" standardisés, en commençant par certaines maladies chroniques comme le diabète et l'insuffisance rénale chronique. A la faculté de médecine, des étudiants en médecine qui ont réussi à accéder en deuxième année pensent qu'il faudra un autre type de sélection, et des mesures alternatives.

Mais il n'y aura pas non plus de " licence en santé qui débouchera sur un master sélectif " car cela repousserait simplement " le goulot d'étranglement " à la fin de trois années d'études, a-t-elle assuré lors de la présentation du plan santé.

Néanmoins, si aucun hôpital de proximité ne devrait fermer, des activités devront, elles, l'être à certains endroits, par exemple quand des plateaux techniques sous-utilisés "deviennent dangereux " ou que "l'absence d'un médecin qualifié ne permet pas de sécuriser " le fonctionnement d'un service.

Comments