Plan santé : 4.000 postes d'"assistants médicaux" dès 2019

Adjust Comment Print

"4 000 assistants médicaux dès 2019 Le chef de l'État a annoncé la création de postes d'assistants médicaux, chargés de soulager les médecins dans leurs tâches quotidiennes auprès des patients". Ce plan était initialement prévu pour le mois de juin. Ces derniers auront, sur le modèle des assistants dentaires, pour mission de soulager les médecins des tâches administratives. 500 millions d'euros seront dirigés pour la "transformation numérique". "Beaucoup d'étudiants continueront de prendre un enseignement complémentaire pour se sentir plus à l'aise et rassurés durant leur première année". Le gouvernement souhaite donc faire gagner du temps aux médecins avec notamment la prise de rendez-vous en ligne.

Dans la même veine, 400 postes de médecins salariés seront créés dans les déserts médicaux "pour permettre aux patients d'accéder à une consultation généraliste". C'est une question de responsabilité des jeunes médecins, dit également Christine Louchet, directrice de l'hôpital de Chaumont-en-Vexin, dans l'Oise, situé dans un désert médical.

L'annonce de la suppression du numerus clausus a évidemment été bien accueillie, y compris par les enseignants. Ces structures permettront d'"avoir une vraie coopération entre les professionnels".

"L'augmentation de la fréquentation des urgences explose, le président veut remettre l'hôpital à sa juste place, confirmer la proximité, cette idée est positive, il n'est pas anormal d'ajuster l'offre hospitalière", a commenté Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF). "Nous devrons faire que ces communautés couvrent tous les territoires d'ici le 1er juillet 2021", a-t-il indiqué.

Le Président de la République s'est fixé comme objectif premier de redonner du temps médical aux soignants.

La Juventus gagne malgré l'expulsion de Ronaldo — Ligue des champions
A la 29e minute, le quintuple Ballon d'Or s'est accroché avec Murillo dans la surface. Le quotidien turinois Tuttosport a lui titré "L'expulsion scandaleuse de Ronaldo ".

Engagement de campagne du chef de l'Etat, la part de la tarification à l'acte, accusée de dérives inflationnistes sur le nombre d'actes notamment dans les hôpitaux, a quant à elle vocation à devenir minoritaire. Mise en place en 2004 dans le cadre du plan "Hôpital 2007", cette méthode de financement rémunère les établissements en fonction de l'activité médicale qu'ils effectuent et constitue quelque 63% des ressources des hôpitaux publics.

Dès 2019, de nouveaux financements seront mis en oeuvre pour des maladies chroniques comme le diabète et l'insuffisance rénale, obligeant hôpitaux et professionnels de santé libéraux à se coordonner et à partager une rémunération forfaitaire. Combien seront-ils? Seule certitude: " Il n'y aura plus de première année (commune en santé, Paces) avec un concours à la fin", a confirmé Frédérique Vidal.

Un statut d'hôpital "de proximité" sera créé par une loi en 2019 pour les 600 plus petits établissements, qui se concentreront sur "la médecine, la gériatrie, la réadaptation, les soins non programmés", a-t-il précisé. Emmanuel Macron cherche à décloisonner le système et à changer les choses pour les cinquante prochaines années.

Urgences "engorgées", psychiatrie "en crise", étudiants en médecine "qui souffrent": après des diagnostics alarmants, M. Macron a présenté sa réforme comme "un des piliers" de "l'Etat-providence du XXIe siècle" qu'il avait déjà voulu "refonder" lors de la présentation de son plan de lutte contre la pauvreté, il y a moins d'une semaine.

Comments