Sa remarque à un chômeur qui ne passe pas — Emmanuel Macron

Adjust Comment Print

A écouter Emmanuel Macron, c'est presque une formalité: "Vous faites une rue, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et les restaurants..."

Ce n'est pas la première fois que le chef de l'Etat répond à des chômeurs qui l'interpellent dans ses bains de foule, en insistant sur le manque de main-d'oeuvre dans certaines filières, alors que la France affiche un taux de chômage aux alentours de 9%. "J'avais envie de lui dire dans ce cas-là, 'accompagnez-moi à Montparnasse' pour voir, comme il l'a dit, s'il n'y a pas du travail".

A Paris, des milliers de curieux se sont pressés ce week-end au palais de l'Elysée et dans ses jardins pour découvrir ces lieux ouverts dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Un défi qui n'effraie pas le jeune homme, bien au contraire même, puisque ce dernier a envoyé de nombreux CV... "Mais est-ce ce que le président de la République dit est faux?"

"Ce qu'il a dit n'est pas normal, explique-t-il".

Le délégué général de La République en marche (LaRem), Christophe Castaner a été le premier dimanche à défendre les propos tenus par le chef de l'Etat.

Kavanaugh sexual assault accuser reveals identity and details allegations
Christine Blasey Ford , a research psychologist and professor at Palo Alto University, had alleged in a letter sent to Sen. She claims that Mr Kavanaugh pinned her down on a bed at a high school party when she was just 15 and he was 17.

Le jeune homme de 25 ans, qui travaille dans le domaine horticole, est revenu sur cet échange au micro d'Europe 1 ce 18 septembre.

Emmanuel Macron lui avait d'abord indiqué qu'il ne pouvait pas s'occuper de tout le monde "un par un" avant de lui conseiller d'aller dans le quartier de Montparnasse pour chercher du travail.

C'est que vous y mettez vraiment de la mauvaise volonté, le boulot il y en a juste en face de chez vous, c'est le Président qui vous le dit.

" Il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens!". Il croule en effet sous les propositions d'emplois, comme l'a révélé François Felix, le président de la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP), à nos confrères de Franceinfo. Sur la forme, à la vision de cette séquence vidéo, on ne peut que souscrire à l'affirmation de Raoul Vaneigem dans le Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (1967): "Le sens du respect s'est déchu au point de se satisfaire en humiliant".

Comments