Polémique après des commentaires de Macron à un chômeur

Adjust Comment Print

À l'occasion des journées du Patrimoine, le président français Emmanuel Macron a ouvert les portes de l'Élysée à ses concitoyens.

Le chef de l'État conseillait au jeune homme, formé dans la filière horticole, de chercher dans l'hôtellerie ou la restauration.

Emmanuel Macron, lui recommande alors de changer de secteur pour trouver un emploi: "Mais si vous êtes prêt et motivé".

Quelques instants plus tard, il insiste, et tient ses propos surprenants: "Hôtels, cafés, restaurants".

Klopp's Liverpool make solid case for the defence
Because we came here and tried to do it, you need a really outstanding performance - and that was what the boys delivered today. Liverpool are off to their best start since 1990-91 as they chase a first English title since 1989-90.

Voir aussi:T-shirts, coloriages, macarons, montre.

Le jeune chômeur a acquiescé, expliquant que ça ne lui pose "pas de problème" de faire de tels métiers, mais que lorsqu'il donne son CV, on ne le rappelle jamais. Il ajoute ensuite: "Mais ne perdez pas de temps à me parler à moi: vous faites une rue, vous allez à Montparnasse, vous faites la rue avec tous les cafés et restaurants et franchement, je suis sûr qu'il y en a un sur deux qui recrute". "Allez-y!" "Entendu, merci", dit le jeune homme alors qu'Emmanuel Macron lui serre la main.

Christophe Castaner, le patron du parti présidentiel La République en marche, a vivement récusé dimanche toute volonté d'Emmanuel Macron de "maltraiter les chômeurs". "Mais est-ce ce que le président de la République dit est faux?" Je traverse la rue et je vous en trouve. La séquence a été largement commentée dans les médias et sur les réseaux sociaux, notamment par la classe politique, à gauche comme à droite.

Les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration connaissent en effet actuellement une pénurie de main d'oeuvre. En août, Roland Héguy, président de la principale organisation du secteur hôtelier, l'Umih, avait affirmé à l'AFP que le secteur était "en capacité de signer 100.000 embauches tout de suite", dont la moitié en CDI.

Comments