Emmanuel Macron dévoile son plan — Pauvreté

Adjust Comment Print

"Il devra être soit scolarisé, soit en formation, soit en emploi", a annoncé ce jeudi Emmanuel Macron dans le cadre de son plan pauvreté.

Il a aussi donné des gages à l'aile gauche de sa majorité, qui appelait à un tournant social de la politique gouvernementale jugée trop libérale par certains élus. La journaliste poursuit: "ce plan n'est qu'une première étape, puisque dès la semaine prochaine, la réforme de l'hôpital sera présentée, viendront ensuite celles des retraites et de la dépendance".

La France comptait en 2016 quelque 8,8 millions de personnes pauvres, soit 14% de la population, selon l'Insee. Emmanuel Macron a présenté jeudi matin son "plan pauvreté" avec un projet phare: un "revenu universel d'activité" qui verrait le jour en 2020. Chaque allocataire s'inscrira dans un "parcours d'insertion où il sera impossible de refuser plus de 2 offres d'emplois raisonnables".

Emmanuel Macron a souhaité également que les enfants les plus défavorisés aient un "accès universel" aux cantines scolaires. Cette "stratégie nationale" s'appuiera sur deux "piliers", la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi, a détaillé mercredi un conseiller du chef de l'Etat lors d'une rencontre avec la presse. Fidèle à la métaphore utilisée depuis le début de son quinquennat, invitant "les premiers de cordée" à ne "pas oublier les derniers de cordée", le président de la République a annoncé toute une série de mesures touchant à de nombreux domaines. Ce revenu serait soumis à "des droits et des devoirs supplémentaires".

La période de formation obligatoire va être allongée jusqu'à 18 ans contre 16 ans actuellement.

Cops trying to derail probe against Jalandhar Bishop: Nuns
In a three-page statement issued to media, the congregation also alleged that the protest on the nuns are against faith. The letter explains numerous incidents in which the nuns of the congregation faced negative experiences from the bishop.

Si l'intention est bonne, encore faut-il que cette mesure soit accompagnée de moyens supplémentaires pour les missions locales et les centres de formation.

La garantie jeune dont bénéficient 100 000 jeunes sera étendue à 500 000 bénéficiaires, déclare encore le président. "Des repas à 1 euro dans les cantines Le président a aussi souhaité un " accès universel " à la cantine pour les enfants les plus défavorisés " en développant les repas à un euro " dans les petites communes et les quartiers prioritaires". L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance. "Il sera possible de bénéficier de l'aide sociale à l'enfance jusqu'à 21 ans". Lorsque les aides versées par les caisses d'allocations familiales seront simplifiées et automatisées, il y aura donc de multiples ajustements dans tous les sens. Concernant le "deuxième pilier", l'Elysée promet le "développement massif de dispositifs d'insertion par l'activité économique", considérant que "le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté".

Dans le but de faciliter cette (ré) insertion professionnelle, divers dispositifs - tels que les chantiers d'insertion, les territoires zéro chômeurs, le Travail alternatif payé à la journée (Tapaj) - doivent être étendus à 100.000 bénéficiaires supplémentaires d'ici 2022, contre 140.000 aujourd'hui. Le président, qui s'était emporté en juin contre "le pognon de dingue" que représentent les aides sociales, devrait en outre faire des annonces visant à "repenser les minima sociaux", dont le RSA.

"Il n'y a aucune remise en cause des aides monétaires, qui augmentent et augmenteront encore", a-t-elle affirmé, rappelant la promesse du chef de l'Etat de revaloriser sur plusieurs années le minimum vieillesse, la prime d'activité et l'aide aux adultes handicapés.

Comments