La Maison-Blanche ouvre la chasse à la taupe en son sein

Adjust Comment Print

" Les "journalistes" d'investigation du New York Times vont-ils enquêter eux-mêmes (sur qui est l'auteur de la lettre anonyme?), a publié le président américain sur son compte Twitter".

Trump, qui a mené campagne en 2016 en se posant en candidat hors système représentant le peuple contre les élites politiques et médiatiques de Washington, voit dans cette initiative un coup porté par un "Etat profond" qui n'a jamais accepté son élection et refuse de reconnaître ses succès. Une insoumission extraordinaire dans un pays où la figure présidentielle est révérée.

"Soyons clair: notre "résistance" n'est pas la résistance populaire de la gauche. On va être beaucoup plus mesuré".

" La racine du problème est l'amoralité du président, écrit l'auteur anonyme, nous reconnaissons pleinement ce qui se passe". Ce mystérieux témoin privilégié de l'action de Donald Trump, qui se présente comme un "résistant", fait valoir son "devoir" pour dénoncer une action présidentielle "néfaste à la bonne santé de notre République".

Garcia, Poulter, Stenson et Casey à la Coupe Ryder
Thomas Pieters ne participera pas à la Ryder Cup qui se disputera, du 28 au 30 septembre, au Golf National, près de Versailles. Les huit autres avaient été sélectionnés automatiquement en fonction de leurs résultats au 2 septembre.

"Si de hauts responsables du gouvernement estiment que le président des États-Unis est dans l'incapacité de faire son travail, alors ils devraient invoquer le 25e amendement", a martelé Elizabeth Warren, une sénatrice démocrate du Massachusetts, en référence à une procédure complexe - distincte de la célèbre destitution ("impeachment") - lancée par le vice-président et son cabinet, puis approuvée par le Congrès, visant à priver le président américain de ses fonctions. "C'est la raison pour laquelle nous nous sommes engagés à faire ce que nous pouvons pour préserver nos institutions démocratiques tout en contrecarrant les impulsions les plus malencontreuses de M. Trump jusqu'à ce qu'il ait quitté son poste". Bien qu'élu en tant que républicain, il montre peu d'affinités pour les idéaux adoptés de longue date par les conservateurs: esprits libres, marchés libres, individus libres. "Au pire, il les a attaqués" explique-t-il. L'ouvrage est parsemé de témoignages surréalistes, recueillis auprès de proches conseillers du président.

La tribune parle de ces " héros inconnus " qui, au sein de la Maison Blanche, font ce qu'ils peuvent pour faire marcher l'Etat.

Tous deux décrivent un homme incapable de saisir les enjeux de la présidence et que ses collaborateurs tentent de contourner pour éviter un désastre.

"Cela ne peut être qu'un léger réconfort dans cette période chaotique, mais les Américains doivent savoir qu'il y a des adultes dans la pièce. Mais la réelle différence se fera lorsque les citoyens se lèveront au-dessus de la politique, sortiront des sentiers battus, arrêteront de coller des étiquettes pour n'en garder qu'une seule: celle d'Américains". Le locataire de la Maison Blanche va jusqu'à demander si cette "personne existe vraiment" ou si le New-York Times, bête noire de Trump, ne l'a pas tout simplement inventé.

Comments