Un "idiot", "menteur", "fou", ses collaborateurs le flinguent — Donald Trump

Adjust Comment Print

Le chef de l'État américain a par ailleurs qualifié le livre de Bob Woodward de "fiction". "C'est la raison pour laquelle nous nous sommes engagés à faire ce que nous pouvons pour préserver nos institutions démocratiques tout en contrecarrant les impulsions les plus malencontreuses de M. Trump jusqu'à ce qu'il ait quitté son poste ", continue l'employé, présenté par le New York Times comme un homme.

Le Washington Post, qui a obtenu une copie du livre dont la sortie est prévue le 11 septembre, à quelques semaines des élections législatives de mi-mandat, a publié mardi 4 septembre de nombreux extraits.

Celui qui inspira, il y a plus de quarante ans, le scénario du film Les Hommes du président prend aujourd'hui la plume pour décrire un président qui a perdu ses hommes. Selon LCI, à l'occasion d'une réunion, John Kelly aurait tenu des propos peu cordiale sur Donald Trump: "C'est un idiot". Leur objectif: éviter les faux pas diplomatiques aux répercussions incommensurables. Dans un enregistrement diffusé par le "Washington Post", on peut entendre le président s'étonner de ce projet littéraire et le journaliste répliquer qu'il avait demandé de l'interviewer à ce sujet à plusieurs reprises. Gary Cohn, l'ancien conseiller économique du président aurait " volé une lettre qui se trouvait sur le bureau de Trump ", pour éviter qu'il ne la signe. En dépit des menaces répétées de Trump de s'en retirer, l'accord tient toujours. D'après ce livre, le président américain, Donald Trump a donné l'ordre d'assassiner son homologue syrien, Bachar Al Assad suite à l'attaque chimique qui s'est produite en Syrie en 2017 et qui a été attribuée au régime de Damas. "On leur rentre dedans et on les bute", aurait-il déclaré. Après avoir raccroché, Mattis se serait tourné vers un conseiller et aurait dit: "Nous n'allons rien faire de tout cela".

"Près de 62 millions de personnes ont voté pour le président Donald J. Trump en 2016 (.)". Une approche beaucoup plus conventionnelle. Il aurait ainsi affirmé: "C'est un idiot". Ca ne sert à rien d'essayer de le convaincre, sur quoi que ce soit. Il a déraillé. On est chez les fous. Je ne sais même pas ce que nous faisons là. "C'est le pire travail que je n'ai jamais eu". "Je ne vous fais pas confiance. Objet récurrent du mépris présidentiel, le ministre de la Justice Jeff Sessions est aussi traité sans ménagement". "Ce type est mentalement retardé".

Le livre de Bob Woodward, qui sort le 11 septembre aux Etats-Unis et sera traduit au Seuil en France, dresse un portrait dévastateur d'une Maison Blanche dysfonctionnelle, "constamment au bord du précipice", selon l'ex-secrétaire du personnel Rob Porter.

Le torero français Thomas Joubert grièvement blessé lors d'une corrida — Bayonne
Il a reçu un fort coup de corne au début de sa faena, infligé par un fauve de 520 kilos de l'élevage de Robert Margé. Pris en charge très rapidement à l'infirmerie, le maestro arlésien a malgré tout perdu beaucoup de sang.

L'enquête du procureur spécial Robert Mueller, centrée sur une éventuelle collusion entre l'équipe de campagne de Trump et la Russie, occupe une place de choix dans le livre. Peu après, Dowd rencontre Mueller et lui raconte la scène: "Je ne vais pas rester là à le regarder passer pour un idiot", prévient-il sans détour.

♦ L'auteur du livre affirme avoir cherché, sans succès, à interroger Trump pour ce livre.

Le locataire de la Maison-Blanche a immédiatement dénoncé un texte "lâche", stigmatisant avec virulence l'attitude "très malhonnête " du New York Times. "Enfin j'espère", lance-t-il au milieu de cet étonnant échange.

Habitué à discréditer les médias et à parler de "fake news", le président a réagi dans un entretien au Daily Caller en ces termes: "C'est juste un mauvais livre de plus".

Sur le compte Twitter @potus, Sarah Sanders, la Porte-parole de la Maison-Blanche a publié des déclarations réfutant les dires de Woodward. Il sera intitulé "Crainte".

Comments