Deux nouvelles plaintes pour violences ciblent Alexandre Benalla et Vincent Crase

Adjust Comment Print

Alexandre Benalla justifie à nouveau ses actes dans une interview sur TF1 vendredi, énième épisode d'une affaire qui n'en finit pas de secouer l'exécutif, malgré ses tentatives de sortie de crise. "Emmanuel Macron n'a rien avoir avec ce qu'il s'est passé le 1er mai".

"Il y a des gestes qui sont vigoureux, qui sont rapides, mais il n'y a aucun coup porté", déclare l'ex-collaborateur de l'Elysée, mis en examen notamment pour "violences en réunion", et licencié par l'Elysée.

"En petit comité", Gérard Collomb aurait avoué qu'il valait "mieux passer pour quelqu'un d'un peu incompétent que pour un délinquant", ce qui expliquerait certains de ses propos sur l'affaire Benalla. Le président de la République, d'abord silencieux pendant plusieurs jours, a dit assumer en bloc sa responsabilité, avant de considérer close cette "tempête dans un verre d'eau".

La corapporteure Yaël Braun-Pivet, présidente LREM de la commission des Lois, a eu beau répliquer que les députés En Marche ne sont aux ordres de personne, le député LFI Alexis Corbière l'a qualifiée ce vendredi de "Benalla de l'Assemblée nationale". "Elle protège le président et elle dit maintenant "on arrête, c'est fini, on ne peut plus auditionner", a-t-il lancé sur BFMTV".

Hospitalisée après une overdose d'héroïne — Demi Lovato
Suite aux rumeurs sur son état, la même source a relayé aux médias que " Demi s'est réveillée, avec sa famille ". Inconsciente , ses amis lui ont administré du Narcan, un médicament administré en cas d'overdose d'opioïdes.

L'Elysée a confirmé jeudi qu'Ismaël Emelien, très discret conseiller de M. Macron, a eu accès à ces bandes de vidéosurveillance.

Dès jeudi soir, la commission d'enquête de l'Assemblée sur l'affaire Benalla a implosé. Le reste de l'opposition a claqué la porte après lui.

Le parquet de Paris avait adressé une lettre au directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), pour lui demander pourquoi les deux jeunes molestés par Alexandre Benalla place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai n'avaient pas été mis en cause.

Cette décision intervient au lendemain d'un article de Mediapart montrant notamment "une copie d'écran d'un compte Twitter publiant une image extraite" de la vidéoprotection de la ville de Paris, a indiqué le parquet.

Comments