Boeing et Embraer signent un partenariat stratégique

Adjust Comment Print

Selon les termes de l'accord, Boeing détiendra une participation de 80% dans la coentreprise et Embraer les 20% restants.

Selon le protocole d'accord signé jeudi, le constructeur américain et son concurrent brésilien créeront une coentreprise où les activités commerciales et civiles d'Embraer seront contrôlées à 80 % par le géant de l'aéronautique américain.

Tout comme l'a fait le géant européen Airbus en faisant l'acquisition de la C Series de Bombardier en octobre 2017, Boeing, qui se spécialise dans les gros porteurs, compte étendre son marché au secteur des petits avions afin d'offrir à sa clientèle un éventail d'appareils dont les capacités iront de 70 à 450 sièges. Cette proposition de partenariat devrait selon le communiqué de Boeing " avoir un effet relatif sur le bénéfice par action à compter de 2020 ", mais aussi générer " des synergies de coûts annuelles avant impôts estimées à environ 150 millions de dollars d'ici la troisième année ".

Le communiqué ne précise pas si Boeing va verser la moindre somme à Embraer dans le cadre de cette transaction.

L'essentiel pour Embraer reste toutefois de pouvoir bénéficier de la puissance commerciale de Boeing, ainsi que du pouvoir de négociation du groupe américain avec ses fournisseurs, afin de pouvoir résister au rouleau compresseur d'Airbus et Bombardier.

"En formant ce partenariat stratégique, nous disposerons d'une position idéale pour apporter une valeur significative aux clients, aux employés et aux actionnaires des deux entreprises, ainsi qu'au Brésil et aux États-Unis", a commenté M. Muilenburg, cité dans le communiqué.

President's interviews with possible Supreme Court nominees begin
The senator's office characterized the call as an interview, but the White House would only say the two spoke. Should all Democrats vote against a Trump nominee, Republicans will only be able to afford to lose one vote.

Une fois finalisée, cette coentreprise "dédiée à l'aviation commerciale" sera dirigée depuis le Brésil. La nouvelle entité sera par ailleurs directement rattachée à Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing. Mais plusieurs personnalités politiques se sont déjà déclarées en faveur d'un tel accord, pourvu qu'il laisse leur indépendance aux activités militaires d'Embraer.

Dans ce domaine, Boeing et Embraer ont annoncé qu'ils étaient convenus de créer une "autre co-entreprise pour promouvoir et développer de nouveaux marchés et de nouvelles applications pour les produits et services de défense, et tout particulièrement l'avion multi-missions KC-390", développé par Embraer pour le transport militaire.

"Sous réserve de l'obtention des approbations en temps opportun, la transaction devrait être conclue d'ici à la fin de l'année 2019, soit 12 à 18 mois après la signature des accords définitifs", ont ainsi précisé les deux avionneurs. Elle sera aussi entièrement intégrée à la chaîne générale de production et d'approvisionnement de Boeing.

Il estime que cela correspond enfin "pleinement à la stratégie d'entreprise de Boeing, qui consiste à rechercher des opportunités d'investissement stratégiques qui démontrent une valeur réelle et permettent d'accélérer nos plans de croissance organique".

Néanmoins, à la Bourse de Toronto, jeudi après-midi, le titre de la société québécoise prenait 3,79 pour cent, ou 19 cents, pour se négocier à 5,20 $.

Comments