Seine-Saint-Denis : un attentat déjoué samedi sur Orange Actualités

Adjust Comment Print

Samedi, un important dispositif de police œuvrait dans la zone de Stockel à Woluwe-Saint-Pierre entre 13h30 et 21h.

"Le couple, qui habitait Wilrijk, visait un meeting d'un parti d'opposition iranien dans les environs de Paris.", peut-on lire, sans davantage de précisions. "Une enquête de terrorisme" a été ouverte par le parquet fédéral belge.

Un des contacts du couple, un diplomate iranien, a été arrêté en Allemagne, a aussi annoncé le parquet fédéral belge.

Tous deux sont suspectés d'avoir voulu commettre un attentat à la bombe le samedi 30 juin à Villepinte, en France, lors d'une conférence qui y était organisée par les Moudjahidines du Peuple Iranien (MEK). Cette organisation est un parti d'opposition iranien qui a été fondé en 1965 et qui a été interdit par le gouvernement iranien en 1981. Quelque 25'000 personnes étaient présentes à cette conférence.

Samedi, Amir S., 38 ans, et son épouse, Nasimeh N., 33 ans, sont interpellés à Woluwe-Saint-Pierre, dans les environs de Bruxelles. Lors de la fouille de ce véhicule, environ 500 grammes de TATP et un mécanisme de mise à feu ont été découverts dans une petite trousse de toilette. Le service de déminage de l'armée (SEDEE) a fait sauter cet explosif de manière contrôlée.

Chris Froome cleared of wrongdoing in 'anti-doping' case
He dubbed Froome a "cheat", and last week called on Tour riders to strike in protest if he starts the race on Saturday. WADA arrived at the decision "based on a number of factors that are specific to the case of Mr.

Les Moudjahidines du peuple iranien, réunis sous le nom de Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), ont commenté ces informations dans un communiqué rendu public lundi.

Dans le même temps, un complice présumé, Merhad A., né le 31 juillet 1963, a été privé de liberté en France. Deux autres personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue à Levallois-Perret, selon BFMTV, avant d'être remises en liberté.

Il s'agit d'un diplomate iranien auprès de l'ambassade autrichienne à Vienne, précisent le Parquet fédéral et la sûreté de l'Etat belges, selon lesquels l'attentat a été déjoué grâce à la coopération de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), en France, et des autorités judiciaires allemandes.

"Malgré un préavis assez court, les autorités judiciaires et la police grand-ducale ont pu mener leur mission avec succès", indique le parquet, sans préciser la nature des opérations effectuées sur le sol luxembourgeois, le dossier étant toujours à l'instruction. La VSSE a recueilli, exploité et enrichi des informations essentielles.

Comments