Greenpeace fait s’écraser un drone sur la centrale nucléaire de Bugey

Adjust Comment Print

EDF a confirmé à l'AFP le survol "de la centrale nucléaire du Bugey" à Saint-Vulbas (Ain) mais a exclu tout impact sur la sûreté des installations.

L'ONG a volontairement fait s'écraser un drone contre le mur d'une piscine d'entreposage du combustible nucléaire de la centrale du Bugey, dans l'Ain.

Greenpeace annonce, mardi 3 juillet, avoir "transformé un drone en Superman" pour dénoncer l'absence de sûreté nucléaire. Un bâtiment qui serait "celui qui contient le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire".

Dans une zone interdite au survol, le drone "a pu survoler la centrale sans être inquiété puis s'est dirigé droit vers le mur de la piscine d'entreposage de combustible usé, bâtiment de la centrale le plus chargé en radioactivité, où il a été volontairement crashé par ses pilotes, sans qu'aucune mesure ne l'en ait empêcher", détaille l'ONG dans un communiqué.

Le candidat de Trump éliminé de la course
Il a également été commissaire européen à la Justice et aux Affaires Intérieures (1999-2004). Les États-Unis et le Costa Rica avaient également lancé des candidats dans la course.

"Cette action est hautement symbolique: elle montre que les piscines d'entreposage de combustible usé sont très facilement accessibles, cette fois-ci par voie aérienne, et donc éminemment vulnérables face au risque d'attaques extérieures", ajoute Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

La présence de l'avion radiocommandé a été confirmée par les autorités qui rapportent le "survol d'un drone ayant largué une maquette d'avion et une figurine en mousse (le drone Superman, ndlr) sur le site le 3 juillet". "La présence de ces drones n'a eu aucun impact sur la sûreté des installations", a indiqué EDF à l'AFP. "Le bâtiment combustible est important pour la sûreté, dimensionné notamment contre les agressions externes naturelles ou accidentelles, ce qui lui assure une robustesse élevée".

Des militants de Greenpeace s'étaient déjà introduits dans les centrales de Cattenom en octobre et de Cruas en novembre, avec le même objectif.

Les survols de centrales par des drones font partie des sujets évoqués par la commission d'enquête parlementaire sur la sûreté des installations nucléaires, dont le rapport est attendu prochainement.

Comments