Trump confiant avant de rencontrer Kim, qui s'offre une sortie à Singapour

Adjust Comment Print

Lundi 11 juin 2018 ((rezonodwes.com))-Selon les médias sud-coréens, en prévision d'un sommet historique à Singapour débutant mardi soir à 21:00 (heure de Port-au-Prince), le leader nord-coréen a invité le président américain Donald Trump à Pyongyang pour le second tour du sommet en juillet prochain.

En 2015, le site d'information sud-coréen the Daily NK, citant des sources proches de l'unité de protection des Kim, expliquait ainsi que ces toilettes étaient installées dans des véhicules du convoi du dirigeant nord-coréen.

Installés dans des hôtels distants de moins d'un km, Donald Trump et Kim Jong-un se retrouveront mardi, pour entamer des échanges dont l'issue est totalement imprévisible. Premier président américain en exercice à négocier en direct avec un héritier de la dynastie des Kim, Donald Trump a atterri à Singapour à bord d'Air Force One peu avant 20h30 (14h30 en Belgique).

A J-1, l'équipe Trump s'est employée à donner une image encourageante des négociations sur lesquelles la partie nord-coréenne est restée absolument muette.

États-Unis: Giroud en sang après un violent choc lors de France
Les images ont montré les deux joueurs au sol le crâne en sang, comme on peut le voir sur les images ci-dessous. Parfois assez lâche dans le domaine défensif, l'ancien Lillois sort de plus d'une saison moyenne à l'AS Monaco.

Pékin a pu tout simplement vouloir assurer la sécurité de son jeune allié au moment où ce dernier survolait la Chine, explique à l'AFP un expert chinois de la Corée du Nord, Lu Chao, de l'Académie des sciences sociales du Liaoning. Personnage central de ce dialogue, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a rencontré Kim Jong Un à deux reprises, a assuré que les discussions avaient progressé "rapidement" au cours des dernières heures.

Dans un compte-rendu du déplacement de l'homme fort de Pyongyang, l'agence nord-coréenne KCNA a évoqué l'avènement d'une "ère nouvelle", confirmant que la dénucléarisation mais aussi "un mécanisme de maintien de la paix permanent et durable dans la péninsule coréenne" seraient au menu du sommet.

Kim Jong-un n'utiliserait en effet jamais les toilettes publiques car ses excréments sont susceptibles de contenir des informations sensibles sur son état de santé. Mais alors que son administration laissait miroiter un accord historique le 12 juin, elle s'est dernièrement évertuée à faire retomber les attentes, évoquant le début d'un "processus" inédit. Sa rencontre le 27 avril sur la Zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne avec le président sud-coréen, Moon Jae-in, avait déjà participé de cet effort pour le présenter sous un visage souriant.

Les ingrédients d'un éventuel accord sont, à de nombreux égards, les mêmes que par le passé: une dénucléarisation progressive en échange d'un soutien économique, des garanties de sécurité pour le régime reclus et un traité de paix mettant formellement fin à la guerre de Corée (1950-53). Pas question dans ces conditions de laisser Pyongyang se jeter dans les bras de Washington.

Comments