Le sommet Trump-Kim à nouveau confirmé — Diplomatie

Adjust Comment Print

Les autorités nord-coréennes ont confirmé leur intention de démanteler leur arsenal nucléaire, a annoncé jeudi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Les deux hommes, qui participeront à partir de vendredi au Canada à un G7 sous haute tension en raison des droits de douane imposés par Washington à ses alliés, devaient s'exprimer lors d'une conférence de presse commune à la Maison Blanche en début d'après-midi.

Il a ensuite rejoint son avion présidentiel, qui a décollé pour le long trajet de plus 20 heures pour Singapour, où il atterrira dimanche soir.

"Tout est prêt pour le sommet". Nous devons obtenir une dénucléarisation.

Le président américain soutient qu'une entente avec la Corée du Nord " serait formidable pour la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis, ainsi que le reste du monde ".

"C'est ma touche personnelle, mon sentiment, c'est ce que je fais", a dit le milliardaire, qui se targue d'être un négociateur iconoclaste et hors pair.

Le président a toutefois tenté de tempérer les attentes, rappelant qu'il "y a une forte chance que cela ne marche pas".

President Trump talks about Melania Trump's 'operation'
As a reminder, here are the statements the First Lady's office put out at the time of her surgery and after she left the hospital. The seemingly unending speculation about her whereabouts appeared to irritate Trump and his wife.

"Les sanctions ont une portée extraordinaire et je pourrais en ajouter beaucoup plus, mais j'ai choisi de ne pas le faire pour le moment, mais cela peut arriver". Nous nous serons vus. J'espère que ce ne sera pas nécessaire.

Ce dernier a quant à lui souhaité que le sommet change la face de l'Asie du Nord-Est. Les dirigeants "réitèrent l'importance d'une dénucléarisation totale". Le président américain a dit croire qu'un "grand succès" découlerait de la rencontre avec le dirigeant nord-coréen, tout en se disant tout à fait préparé à se retirer.

"C'est d'abord une question d'état d'esprit, de volonté de faire avancer les choses", a-t-il dit jeudi.

Entre-temps, l'ex-élu du Kansas, 54 ans, a travaillé pour recoller les morceaux, mettant en scène deux jours de discussions à New York avec le bras droit de Kim Jong Un. À travers ces trois personnages, l'hebdomadaire cherche à comprendre "cette dictature brutale et ses perspectives d'accord sur le nucléaire avec l'Amérique de Trump".

"Il m'a dit personnellement qu'il était prêt à dénucléariser?, a-t-il expliqué".

"Nous avons parlé de mettre fin à la guerre de Corée ", a déclaré Donald Trump après avoir parlé avec le numéro deux nord-coréen, le général Kim Yong-chol Zoom.

Comments