"Les choses avancent dans ce G7" — Emmanuel Macron

Adjust Comment Print

Ils devraient réintégrer la Russie.

Le locataire de la Maison-Blanche a proposé, sur la pelouse sud de la résidence présidentielle, de réintégrer le pays de Vladimir Poutine dans le groupe sélect des puissances mondiales industrialisées.

La Russie avait été exclue du G8 en 2014, à la suite de son annexion illégale de la Crimée, péninsule au sud de l'Ukraine.

Mais en dépit des hésitations du nouveau président du conseil italien Giuseppe Conte, l'unité européenne face à Trump semble tenir bon pour l'instant.

Justin Trudeau et Emmanuel Macron ont évoqué un autre scénario: celui d'un communiqué qui ne porterait que six signatures, celles du Canada, de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie et du Japon.

Alors qu'il était dirigé par les conservateurs de Stephen Harper, le gouvernement canadien avait appuyé l'expulsion de Moscou. Il verra aussi séparément le Premier ministre canadien. Elle est d'ailleurs sur une liste de persona non grata en Russie en raison de ses positions pro-ukrainiennes.

Emmanuel Macron, qui a finalement rencontré Donald Trump en tête à tête un peu plus tard que prévu, s'est félicité d'avoir levé "de possibles malentendus". L'atmosphère s'est envenimée avant même le début du sommet, sur fond de guerre commerciale. "Mais cela n'empêche pas d'exprimer des désaccords", avait-il dit. Puis, il a élargi le débat aux pays du G7. Promettant de " rectifier les accords commerciaux injustes " avec les autres membres du G7 qui pénalisent, selon lui, les Etats-Unis, et en l'absence de consensus, il a assuré: " Nous nous en sortirons encore mieux.

Il a aussi confirmé lui-même qu'il resterait moins longtemps que prévu dans Charlevoix.

Meghan Markle and Prince Harry attend Trooping the Colour at Buckingham Palace
She chose to forgo her sunglasses, which she has been seen wearing since having successful cataract surgery in May. Among the 23 aircraft taking part are modern jets and historic aircraft, while the Red Arrows will be the finale.

Et il sera le premier à quitter la Malbaie, pittoresque ville québécoise surplombant le Saint-Laurent, samedi matin pour rallier Singapour où se déroulera le 12 juin son sommet historique avec Kim Jong Un. Signe de l'isolement américain, certains observateurs ont commencé à qualifier la rencontre de cette année de "G6+1". "Il ne faut pas l'oublier", avait ainsi tweeté le président français jeudi.

"Peut-être que ça est égal au président américain d'être isolé mais ça nous est aussi égal d'être à 6 si besoin était", assure désormais le président français.

"La volonté de signer un texte à sept ne doit pas être plus forte que notre exigence sur le contenu de ce texte".

Je suis d'accord avec le président [Trump], a-t-il tweeté.

"Merci de dire au premier ministre Trudeau et au président Macron qu'ils imposent aux États-Unis des taxes massives (.)", répond Donald Trump, ajoutant: "Hâte de les voir demain".

Les quatre Européens -Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte- se réunissaient juste avant le début, dans le but initial de créer un front uni contre la politique commerciale unilatérale de Washington. Une centaine de manifestants anticapitalistes et anti-police ont tenté, vendredi, de bloquer une autoroute à la sortie de Québec avant l'intervention des forces de l'ordre.

Il a ensuite pris place à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One, qui l'a conduit jusqu'au sommet du G7 à La Malbaie. Le SPVQ avait affirmé plus tôt en matinée qu'il ignorait l'itinéraire de cette manifestation. Les policiers ont dispersé dans le calme la poignée de citoyens toujours présents vers 21h00.

Things are dying down now but this was the scene a bit earlier.

Comments