Pouille et Gasquet au troisième tour

Adjust Comment Print

Ce deuxième match avait tout d'un piège pour Dominic Thiem (8e), annoncé comme un des rares à pouvoir barrer la route de Rafael Nadal vers un onzième sacre.

Ce dernier n'a eu aucune difficulté à décrocher son billet pour le quatrième tour, alors qu'il a vaincu l'Américain Steve Johnson en trois sets au compte de 6-3, 6-2 et 6-4. La série s'est poursuivie samedi, le Biterrois s'inclinant en moins de deux heures, 6-3, 6-2, 6-2.

Cinq jeux encaissés en une quinzaine de minutes pour commencer, cinq encore à cheval sur les deux premières manches, puis entre la deuxième et la troisième: jamais Gasquet (32e) n'a pu tenir le rythme imposé par le décuple vainqueur du tournoi. "On se connaît depuis qu'on a onze ou douze ans, on a grandi ensemble, c'est un grand plaisir de le jouer une nouvelle fois ici, sur le court le plus important de ma carrière, et un endroit spécial pour lui aussi", a-t-il ajouté. C'était un match incroyable", a dit, en français, le natif de San Remo, 31 ans, qui espérait "bien récupérer " avant son prochain duel face au Croate Marin Cilic. Il a même poussé l'embellie jusqu'à mener 0-30 sur la mise en jeu suivante du Majorquin, lequel a vite maté cet embryon de rébellion en alignant quatre points pour plier le set.

Motz not happy about Trans-Mountain pipeline purchase
In return, the province would receive an equity or other stake in the pipeline, depending on the size of its investment. The fact the pipeline is about to be owned by a federal Crown corporation doesn't affect the reference case, he added.

Le Britannique a dû faire appel aux soigneurs un jeu avant de remporter le deuxième set, à cause d'un problème à la jambe gauche, et "Fogna " a souffert, lui, de la cheville gauche au milieu de la troisième manche. Le champion de l'US Open 2014 a ainsi signé sa 22e victoire à Paris, dépassant ainsi son ancien entraîneur Goran Ivanisevic (21). Pour sa part, Dominic Thiem, considéré comme l'un des rares concurrents sérieux de Rafael Nadal, a évité le piège tendu par le jeune Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 39).

Sur le nouveau court N.18, l'Autrichien s'en est sorti en deux jours. Le N.1 français quitte Roland-Garros dès le troisième tour, terminus d'une saison sur terre "à oublier". En 2012, il avait atteint les quarts de finale.

Comments