La Belgique pleure les victimes de l'attaque revendiquée par l'EI — Liège

Adjust Comment Print

À l'exception d'un civil tué dans sa voiture, toutes les victimes sont membres des forces de l'ordre. Créé début 2017, il privilégie la piste du désengagement, avec un suivi ne visant pas à faire abandonner une croyance mais à renoncer à toute action violente.

Comme nombre d'autres attentats-jihadistes de type "low cost", en général revendiqués par la nébuleuse Al-Qaïda ou plus depuis 2014 par Daesh en Europe, celui de Liège a été commis avec très peu de moyens logistiques (en l'occurrence des cutters, des armes volées aux policiers).

Elle a cité "le modus operandi auquel l'EI appelle régulièrement sur internet", rappelant que le jeune homme avait attaqué deux policières avec un couteau avant de les tuer avec leurs armes de service. "Il est ensuite sorti l'arme à la main et a échangé plusieurs coups de feu avec les forces de l'ordre", selon la porte-parole du parquet. Deux policiers ont été blessés, a de son côté affirmé une source policière.

"Il n'y a pas d'autres mots". Les jours de l'un d'entre eux sont en danger " puisque l'artère fémorale a été touchée", a précisé Christian Beaupère.

L'auteur de l'attaque qui a fait trois morts mardi à Liège (est de la Belgique), qui fait l'objet d'une enquête pour des faits terroristes, est aussi suspecté d'avoir commis un meurtre dans la nuit précédant la tuerie, a indiqué mercredi le parquet fédéral. L'un des éléments déterminant, permettant la qualification des faits ou un changement de position du parquet, sera le fait de savoir s'il a agi seul; et si une revendication intervient, même s'il existe souvent des revendications opportunistes des organisations terroristes.

Syria chairing world disarmament body 'a travesty,' US says
Syria's presidency falls between a previous session hosted by Switzerland and a forthcoming session being organized by Tunisia. A number of ambassadors from other countries, including Britain, Australia, and France, echoed Wood's remarks.

"On ne sait rien pour l'instant", a-t-elle ajouté à propos des motivations de l'assaillant, sans notamment pouvoir confirmer les informations de presse selon lesquelles il aurait crié "Allah Akbar".

Les autorités n'ont pas divulgué le nom de l'assaillant. Les deux hommes se seraient connus lors d'un séjour en prison. Il bénéficiait d'une permission de sortie mais il n'a pas regagné sa cellule à l'heure fixée et il était depuis considéré comme en fuite.

Il avait déjà bénéficié d'une vingtaine de congés pénitentiaires qui s'étaient bien déroulés, d'après le ministre belge de la Justice Koen Geens. (Herman) aurait été en contact avec des personnes radicalisées.

Lors d'un séjour en prison, il " est soupçonné d'avoir été radicalisé par une personne [.] enfumé par la pensée islamiste", ce qui lui valait d'être signalé comme tel dans une banque de données criminelles, a également indiqué une source proche de l'enquête à l'Agence France-Presse.

L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste.

Comments