L'ASSE met fin aux négociations avec le fonds d'investissement américain Peak6

Adjust Comment Print

Alors que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer souhaitaient le maintien de Jean-Louis Gasset, le fonds d'investissement américain, mené par Jérôme de Bontin, aurait aimé introniser Ricardo, l'ancien entraîneur du PSG (1996-1998), de Bordeaux (2005-2007) ou encore de Monaco (2007-2009).

L'AS Saint-Etienne ne passera pas sous pavillon américain. Déjà actionnaire minoritaire de l'AS Rome et de l'AFC Bournemouth et actionnaire majoritaire du club irlandais de Dundalk FC, ce fonds d'investissement américain négociait le rachat du club de Ligue 1, pour un montant non divulgué. "Les investissements prévus par Peak6 dans le club ne correspondent pas aux engagements pris de faire de l'ASSE un club pérenne et ambitieux ", peut-on lire, mais ce n'est pas tout. "Pour sa part, le président du Conseil de surveillance de Saint-Étienne, Bernard Caïazzo, a confirmé - d'après L'Equipe - que lui et Roland Romeyer avaient décidé de " reprendre " leur " liberté ". "Leur sentiment est que les valeurs historiques de l'ASSE n'ont pas été respectées", écrit le club français dans un communiqué. "Nous avons le sentiment [.] que les investissements de Peak6 ne sont pas conformes à ce qui était prévu et, surtout, qu'ils ne correspondent pas à l'ambition que nous avons pour l'AS St-Etienne", abonde Caïazzo dans les colonnes de L'Equipe ce matin. Mais ce processus de vente a marqué un sacré coup d'arrêt jeudi, qui va finalement être définitif.

The Off-Again Meeting With North Korea
One senior official said there had been "a trail of broken promises" from North Korea "that has given the United States pause". But after criticism from North Korea, Mr Trump cast doubt this week on whether the meeting would happen.

Cette clause d'exclusivité tenait jusqu'au vendredi 25 mai.

Lorsque les premières rumeurs d'échec des négociations sont sorties, nous avons joint des représentants du club, qui expliquaient que la vente d'un club ne se fait pas en une semaine, qu'il n'y avait pas d'urgence, en insistant sur le fait que l' ASSE n'a pas de problème d'argent. La fin du rêve américain pour l'ASSE.

Comments